mercredi 13 juin 2012

Giseigo, giongo, gitaigo - Les onomatopées japonaises

Qu'est-ce qu'une onomatopée ? C'est un mot imitant un son : le "ouaf ouaf" du chien, le "vlan" d'une gifle, le "boum" de la bombe qui explose. Ces mots qui sont censés reproduire des sons n'ont pourtant rien d'universel, puisqu'ils changent d'une langue à l'autre, comme si tous les chiens n'aboyaient pas de la même façon ! Si les onomatopées n'occupent généralement pas dans la langue une place essentielle, elles prennent en japonais une toute autre dimension, dépassant largement le cadre habituel. En effet, on trouve en japonais :

  • les ぎせいご (擬声語, mots qui imitent la voix), pour les sons produits par des êtres vivants, et les ぎおんご (擬音語 mots qui imitent des sons), pour les bruits produits par des choses inanimées. 
Ex de ぎせいご : 犬はワンワンと吠える。(Le chien aboie " wan wan")
Ex de ぎおんご :風がどうどう吹いている。(Le vent souffle en faisant "dou dou" - employé pour un vent fort)
  • les ぎたいご (擬態語 mots qui imitent un état) qui évoquent l'impression produite par un geste, une situation, une émotion et autres choses qui ne produisent aucun son. Il ne s'agit donc plus d'onomatopées à proprement parler, mais de mots mimétiques ou imitatifs.
Ex de ぎたいご : 日本語がぺらぺらになりたい。(Je veux parler japonais couramment). C'est ぺらぺら qui traduit l'idée de fluidité.

A vrai dire, la distinction entre les deux catégories a peu d'importance. Ce qu'il faut retenir, c'est que ces onomatopées (au sens large) sont très variées, et qu'elle sont très présentes non seulement dans les mangas (comme dans nos BD), mais aussi dans la langue en général, où elles jouent le rôle d'adverbes ou de verbes (combinées avec suru, par exemple). Il est donc indispensable de les connaître sous peine de ne rien comprendre à certaines phrases, ou de rater quelques questions du JLPT (pour les amateurs de tests).

La difficulté, c'est que ces mots, souvent composés d'une ou deux syllabes répétées deux fois (ex : ピカピカ、ワクワク), ont tendance à se ressembler un peu, et qu'un mot évocateur pour un japonais ne l'est pas forcément pour un gaijin. Par exemple, il est assez facile de confondre どんどん (changement important et rapide) et だんだん (changement graduel, petit à petit).

Ex : 大気汚染がどんどん悪化した (La pollution de l'air s'est rapidement aggravée)
Ex : だんだん暗くなっていきます。(Il fait de plus en plus sombre)


Comment faire pour les apprendre ? Et bien, comme pour le reste : quelques phrases dans Anki, revues régulièrement, et un maximum de lecture et d'écoute. Certains ぎたいご・ぎせいご・ぎおんご ne sont pas sans rapport sémantique (et non sonore) avec ce qu'ils évoquent (par exemple すべすべ (lisse, fluide)  et 滑る、すべる、glisser). Vous pouvez aussi vous amuser à relever les ぎおんご que vous trouvez dans les mangas (à condition de maîtriser les katakanas bien sûr !). それでは、また。

Index en romaji : perapera, subesube, dandan, dondon, wanwan, doudou, giseigo, giongo, gitaigo

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Et pour ce qui est de l'écriture c'est au choix ?(J'hésite toujours entre écrire en hiragana et katakana.

Lili a dit…

On trouve les deux, et comme tu peux le lire ici, il n'y a pas vraiment de règle.
L'écriture en katakana est peut-être plus fréquente, surtout pour les mots reproduisant véritablement un son, comme le ワンワン du chien. Mais j'ai l'impression que c'est aussi une question de contexte. D'après ce que j'ai pu lire ici et là, les Japonais semblent percevoir une subtile nuance entre le même giongo, gitaigo ou giseigo, selon qu'il est écrit en hiragana ou katakana. Une différence d'ambiance, d'atmosphère (雰囲気). Mais personne n'explique vraiment en quoi elle consiste.
Tu trouveras ici une enquête réalisée pour savoir si les Japonais utilisent majoritairement des katakana, ou des hiragana pour écrire les onomatopées. 50 % répondent qu'ils les utilisent autant l'un que l'autre. Pour l'autre moitié, les katakana domine. Apparemment, c'est assez subjectif.

Anonyme a dit…

Ok merci, la route pour les maîtriser sera longue.

Alice a dit…

Les gitaigos m'enchantent !!merci merci pour votre blog et toutes ces découvertes. Alice