vendredi 4 septembre 2015

Hyakunin isshu, poème n°33 : ひさかたの

Un petit poème printanier de 紀友則(きのとものり), un des 36 poètes immortels, compilateur d'un autre recueil de poésie.

ひさかたの
光のどけき
春の日に
しづ心なく
花の散るらむ

(ひさかたの ひかりのどけき はるのひに しずごころなく はなのちるらん)

ひさかたの : ひさかた est un mot introductif qui se rapporte au ciel, au jour, à la lune, la pluie, toutes choses liées au ciel ou aux phénomènes météorologiques. Dans ce poème, il introduit 光. On peut considérer que c'est ici l'équivalent de 日の光 (la lumière du soleil)
光 : la lumière
のどけき : il s'agit de la rentai-kei de のどけし, qui signifie calme, paisible
春の日に : 春の日, jour de printemps
しづ心なく : équivalent de 静かな心, un cœur calme. C'est aux fleurs de sakura que le poète prête ici un cœur. On reconnaît dans なく la négation ない. L'absence de coeur calme s'oppose à la tranquillité du paysage.
花の散るらむ : 花, c'est la fleur, et dans ce cas précis la fleur de cerisier. の est l'équivalent de が, indiquant le sujet. 散る signifie tomber, se disperser, et s'applique en particulier aux pétales de fleurs. らむ marque la supposition quant à la cause de quelque chose : est-ce parce que les fleurs n'ont pas le cœur tranquille qu'elles perdent leurs pétales ? Ou plus largement, pourquoi les fleurs n'ont-elles pas le cœur tranquille en ce jour serein ?

Comme bien souvent, plusieurs interprétations sont possibles. Si l'on considère généralement que le cœur intranquille est celui des fleurs, d'autres considèrent que c'est le cœur du poète qui est tourmenté par le spectacle des fleurs qui tombent. Je reste pour ma part sur la première interprétation, la plus commune :


Alors que la douce
lumière du soleil berce
ce jour printanier,
pourquoi, le cœur intranquille,
les fleurs se dispersent-elles ?

Index en romaji : hisakata no hikari nodokeki haru no hi ni shizugokoro naku hana no chiruran

Aucun commentaire: