mercredi 30 mars 2016

Hyakunin isshu, poème n° 44 : 逢ふことの

Ah l'amour, l'amour... plus je traduis le 百人一首 et ses innombrables poèmes d'amour déçu, plus j'ai envie de me tourner vers des textes de Bashô ou Shiki, où badinage et galanterie tiennent moins de place. Teika a eu la main un peu lourde sur le sujet...
L'amant frustré du jour est 中納言朝忠 (ちゅうなごんあさただ) aussi appelé 藤原朝忠. En fait cette frustration est toute relative, puisqu'il s'agit d'un poème composé dans le cadre d'un concours (auquel participaient également les poèmes n° 40 et 41).


逢ふことの
絶えてしなくは
なかなかに
人をも身をも
恨みざらまし


(あふことの たえてしなくば なかなかに ひとをもみをも うらみざらまし)

逢ふことの : 逢ふ, équivalent de 逢う, rencontrer (on parle ici de rendez-vous amoureux). こと sert à nominaliser le verbe. の a ici le sens de が
絶えてしなくは : suivi d'une forme négative, comme c'est le cas ici, 絶えて signifie "pas une seule fois", "jamais". し est une particule emphatique. なく est une forme de ない. Petite subtilité, なくは marque l'hypothèse. Il ne faut donc pas lire " le fait de ne pas t'avoir rencontré une seule fois", mais "si je ne t'avais jamais rencontrée"
なかなかに a le même sens que かえって ou むしろ, "plutôt" (indique la préférence). "Il aurait mieux valu"
人をも身をも : 人 désigne l'interlocutrice, la femme aimée (et son attitude) et 身 l'auteur ("je", "moi-même"). En langue classique をも peuvent s'associer, ce qui n'est plus le cas en langue moderne, où l'on se contenterait d'avoir も...も pour mettre en parallèle deux choses.
恨みざらまし : 恨み, c'est la rancune, le ressentiment. ざらまし est composé de ざら, la mizenkei de la négation ず, et de まし, qui exprime le fait d'imaginer quelque chose de contraire à la réalité.
Voilà un poème que j'avais sottement cru comprendre après une analyse rapide. 甘い!Une fois éclaircies les zones d'ombre (notamment le なくは et le ざらまし), le sens s'est avéré bien différent de ce que j'avais imaginé. Et finalement, c'est souvent ainsi que cela se passe, je me trompe et tâtonne jusqu'à ce que toutes les pièces du puzzle soient en place. Et même alors, l'interprétation reste parfois délicate, tant le texte est elliptique, et ma culture classique insuffisante. C'est pourquoi je reste assez dépendante de sites comme celui-ci ou celui-là.

Revenons à nos moutons : nous sommes donc en présence d'un poète qui aurait préféré ne jamais rencontrer sa belle, afin de ne pas développer d'amertume à l'égard de sa froideur à elle et de son infortune à lui.

Mieux aurait valu
ne jamais te rencontrer ;
alors, ni ta froideur
ni mon infortune n'auraient
fait naître cette amertume

Aucun commentaire: