vendredi 15 avril 2016

Hyakunin isshu, poème n° 45 : あはれとも

Aujourd'hui, c'est 藤原伊尹 qui se plaint de la froideur de la femme qu'il courtise. Il semblerait qu'il s'agisse d'un ultime appel à une femme qui ne répondait pas à ses avances répétées.

あはれとも
言ふべき人は
思ほえで
身のいたずらに
なりぬべきかな

(あわれとも いうべきひとは おもおえで みのいたずらに なりぬべきかな)


あはれとも : あはれ a ici le sens de "ah ! comme c'est regrettable" et évoque la pitié, même si ce mot renvoie à une notion bien plus large qui mériterait sans doute un article à elle seule. と marque la citation et も a un sens emphatique ;
言ふべき人は : 言ふ, dire ; べき est la rentai-kei de べし qui exprime ici la vraisemblance ; 人 désigne les gens en général, et la femme aimée en particulier ;
思ほえで : 思ほえ est la mizen-kei de 思ほゆ (思われる en japonais moderne), "sembler naturellement", "avoir le sentiment que" ; で suit la mizen-kei pour apporter une négation (ないで、なくて). "Il me semble qu'il n'y aura vraisemblablement personne pour me prendre en pitié... => je ne vois pas qui aurait pitié de moi, qui m'exprimerait sa pitié"
身のいたずらに : 身, soi (je), の marque ici le sujet ; いたずらに signifie en vain, vide de sens。 Suivi de なり (renyoukei), l'expression prend le sens de "mourir", avec l'idée d'une mort vaine ;
なりぬべきかな  : ぬ marque l'achèvement (avec un sens similaire à てしまった en japonais moderne) ; べき exprime cette fois la quasi-certitude ; かな marque l'exclamation et la déploration.

Notre poète est donc persuadé qu'il va mourir sans recevoir de quiconque, y compris la femme qu'il aime, la moindre pensée compatissante.

"Pauvre homme !"... je ne vois
personne pour plaindre ainsi
mon triste sort,
et c'est sans doute une mort
stérile qui m'attend !

Index en romaji : areha to mo ifu beki hito ha omooede mi no itazura ni narinu beki kana

Aucun commentaire: