jeudi 29 septembre 2016

Hyakunin isshu, poème n° 56 : あらざらむ

L'auteur de ce poème est une femme, 和泉式部 (いずみしきぶ, Izumi Shikibu), dépourvue de tout lien de parenté avec 紫式部 (むらさきしきぶ、Murasaki Shikibu), malgré le 式部 commun qui pourrait tromper un lecteur non averti. De ces deux auteures, nous ne connaissons en effet que le sobriquet qui leur a été attribué en tant que dames de cour. 式部 fait allusion à la fonction exercé par leurs pères (directeur du département des rites). Izumi shikibu doit la première partie de son surnom à la province dont son mari était le gouverneur. Le nom de la province du mari, accolé à la fonction du père, voilà une drôle de façon de nommer une dame, non ?
Izumi Shikibu est connue pour ses talents littéraires - elle a rédigé de nombreux poèmes et un journal - mais aussi pour ses amours tumultueuses. Réputée volage, sans doute au-delà de ce qu'elle fut réellement, elle est auréolée d'une réputation sulfureuse. C'est bien évidemment un poème d'amour que Teika a choisi pour la représenter dans le Hyakunin isshu.


あらざらむ
この世のほかの
思ひ出に
今ひとたびの
逢ふこともがな

あらざらん このよのほかの おもいでに 今ひとたびの おうこともがな

あらざらむ : あら est la mizen-kei de あり, exister ; ざら est la mizen-kei de la négation ず ; む marque la supposition, le tout signifiant en gros "je vais peut-être bientôt perdre la vie";

この世のほかの : この世, ce monde ; ほか, autre, extérieur ; この世のほか, c'est donc l'autre monde ; les deux の marquent le complément de nom ;

思ひ出に : 思ひ出, le souvenir ; に a le sens de のために et exprime donc le but ;

今ひとたびの : 今 a ici le sens de もう (encore), ひとたび, une fois ; の joue là encore son rôle habituel ;

逢ふこともがな : 逢ふ, forme classique de  逢う, rencontrer (bien entendu, il s'agit ici d'une rencontre amoureuse) ; こと nominalise 逢ふ ; もがな exprime le désir, le souhait.

Si je dois mourir,
pour emporter ton souvenir
dans l'autre monde,
je voudrais tant te revoir
une toute dernière fois.
Index en romaji : arazaran kono yo hoka no omoide ni ima hito tabi no au koto mogana

Aucun commentaire: