mardi 27 août 2013

Apprendre le coréen, une autre façon d'étudier le japonais

Il y a quelques temps, j'ai décidé d'apprendre le coréen. Pas vraiment par effet de mode : je n'ai pas été convaincue par Psy et son Gangnan style, je n'écoute pas (encore) de K-pop et je ne regarde pas (encore) de drama coréens (mais je vais peut-être m'y mettre pour les besoins de la cause, de même que je suis devenue fan de manga et d'anime lorsque j'ai commencé à apprendre le japonais). Simplement, l'idée de décrypter ces signes bizarroïdes pleins de petits ronds me titillait depuis un certain temps. J'avais appris un peu de chinois il y a quelques années. Puis je me suis orientée vers le japonais. Mais je n'avais jusque-là jamais satisfait ma curiosité à l'égard du coréen, pensant que je ne pourrais pas mener de front deux apprentissages. Finalement, la curiosité l'a emporté. Surtout quand j'ai réalisé que rien ne m'obligeait à déshabiller Paul pour habiller Jacques.

Utiliser le japonais pour apprendre le coréen


Je me suis souvenue d'un article de Khatzumoto (de AJATT) expliquant qu'il apprenait le chinois depuis le japonais. A l'époque je m'étais dit qu'il était fou ou qu'il cherchait juste à frimer. Aujourd'hui, je réalise que c'est non seulement possible mais en plus très ingénieux et motivant.

C'est ingénieux, parce que cela résout un grave conflit d'intérêt entre l'apprentissage des deux langues : si j'apprends le coréen depuis le japonais, je n'ai pas à réduire le temps consacré au japonais pour apprendre le coréen. Ajoutons à cela que les deux langues ont de nombreuses similitudes sur le plan grammatical. Les explications en japonais sont donc moins fastidieuses que les explications en anglais/français.

C'est motivant... parce que c'est fun (enfin moi, ça m'amuse beaucoup en tout cas). Et c'est assez valorisant de se dire qu'on est capable d'utiliser sa LV2 (en considérant l'anglais comme LV1) pour apprendre une LV3.

Enfin, si ma curiosité pour le coréen est vite satisfaite et que je décide d'abandonner dans un an, je n'aurai pas complètement perdu mon temps, puisque j'aurai continué à progresser en japonais grâce à cela. Ce constat me permettra de relativiser le sentiment aigu de culpabilité et de mauvaise conscience que je ne manquerai de développer à ce moment-là (je suis incapable de laisser tomber une activité sans mauvaise conscience). Évidemment, rien ne dit que je vais abandonner. Je dis ça juste au cas où.

Quels outils ?


Pour ceux que l'expérience tenterait, j'ai trouvé un manuel qui m'a l'air excellent si j'en juge par ces premiers chapitres : 本気で学ぶ韓国語 (Etudions sérieusement le coréen). La partie prononciation est très bien, les explications de grammaire sont claires et précises, il y a dès le début des petits exercices de traductions bien dosés, avec réponse, utilisant le vocabulaire de la leçon. C'est accompagné de deux CD audio.

Il existe aussi un excellent podcast (http://www.mbs1179.com/podcast/p0371/), assez enjoué et pas trop difficile à comprendre. Pour l'instant, je pratique plus le japonais que le coréen en l'écoutant, mais la tendance s'inversera peut-être au cours des 172 leçons.

Diodict, sur Android, vend pour une somme modique un dictionnaire japonais/coréen/japonais avec la prononciation audio de chaque mot.

Il existe probablement beaucoup d'autres ressources, mais c'est tout ce que j'ai trouvé pour l'instant. En complément, j'utilise aussi le Beginning Korean de Klear (université d'Hawaï), un manuel de bonne qualité auquel il manque juste les corrigés des exercices (il n'est pas fait pour les autodidactes, même s'il est parfaitement utilisable dans ce but, avec un petit effort) et les podcast de Talk to me in Korean. Je constate que je prends beaucoup plus de plaisir à utiliser le manuel japonais que le manuel américain... et le plaisir, c'est essentiel dans le processus d'apprentissage.

Evidemment j'utilise aussi Anki. Et bien entendu, je n'utilise pas de romaja (l'équivalent du romaji) car apprendre une langue, pour moi, c'est avant tout apprendre son système d'écriture. La prononciation doit être apportée par des fichiers audio de bonne qualité, pas par du yaourt romanisé (c'est du moins l'attitude que j'avais adopté pour le japonais, et je persiste à penser que c'est ce qu'il y a de mieux à faire). Au démarrage, c'est un peu rude, il faut le reconnaître. C'est assez frustrant d'être analphabète, puis de lire en déchiffrant péniblement. D'autant qu'en coréen, une syllabe est composée de plusieurs signes (c'est un alphabet), et non d'un seul kana, c'est donc encore pire qu'en japonais : il faut analyser chaque syllabe pour déchiffrer un mot. Au début, j'étais tellement lente qu'il m'arrivait d'avoir oublié le début du mot en arrivant à la fin ! Mais je commence maintenant à reconnaître des syllabes sans avoir besoin de les déchiffrer, et même certains mots. Bref, lentement mais sûrement, ma vitesse de lecture augmente. Et un jour cela deviendra naturel de lire du hangeul. Je le sais, parce que j'en ai fait l'expérience avec les kana : plus on fait d'efforts au démarrage, plus vite arrive la gratification de savoir lire.

****

Je ne me fais pas d'illusion, je ne pense pas que je pourrai faire 100% de mon apprentissage du coréen depuis le japonais, mais l'idée de le faire en partie de cette manière est stimulante. Désormais, la Corée va donc se faire une petite place sur ce blog. 

11 commentaires:

Kana a dit…

Blavo Lili.
Mais, il faut que tu étudies plus beaucoup de temps que maintenant pour apprendre deux langue !
Je n'ai jamais apprendre le coréen, mais j'ai écouté Gangnan style ( J'aime ça ! Je l'ai mis sur mon i-pod. ), et j'ai regardé le dorama coréens. Parce que, ici, les drama coréen sont passé à la télé tous les jours.
C'est un bon idée que Utiliser le japonais pour apprendre le coréen.

Anonyme a dit…

Oui, c'est vrai qu'il te faudra beaucoup de temps pour apprendre le coréen en plus du japonais.
Pour le moment je constate que je pense encore beaucoup (trop ?) au japonais par rapport au coréen.
Ca va jusqu'à chercher l'équivalent en japonais des différentes structures grammaticales.
Bon courage à toi et bon voyage en Corée si tu en as l'occasion.

tsubasa-kun

Lili a dit…

Je ne savais pas que tu étudiais le coréen. J'ai moi aussi tendance à comparer les structures grammaticales, et je trouve que c'est plutôt un avantage. Il y a aussi pas mal de vocabulaire commun (avec des différences de prononciation, évidemment). En tout cas, le jeu de similarités/différences m'amuse beaucoup. Je pense avoir suffisamment de temps pour faire progresser les deux langues, en sachant que je ne suis pas pressée, que je n'ai aucun but à atteindre, sinon de continuer à apprendre avec plaisir.
Est-ce que tu apprends aussi le chinois, à tout hasard ? Mon rêve serait d'être capable de lire les trois langues, sans les mélanger.

Lili a dit…

Merci pour tes encouragements, Kana-chan.
Et merci aussi pour les cartes postales ! La carte avec les Yokai est très jolie.

Anonyme a dit…

Oui j'apprends un peu le coréen mais mon niveau n'est pas aussi important qu'en japonais.
Ah euh le chinois...j'ai essayé un moment mais les tons m'ont vite découragé. Mais si un jour je veux me rendre en Chine je ne pourrai pas faire l'impasse sur le mandarin.
Je pense pas m'y remettre avant un long moment (sauf en cas de besoin).
Tu comptes t'y mettre prochainement au mandarin ?
Pour la compréhension orale (de la langue la plus facile à la plus dure ) ça donne:

japonais > coréen > chinois

tsubasa-kun

Lili a dit…

J'ai déjà fait un peu de chinois (pour préparer des voyages en Chine) mais j'avais moi aussi été découragée par la prononciation/compréhension. Le japonais est vraiment très agréable pour cela (beaucoup plus que le coréen, je suis tout à fait d'accord avec ton classement).
Si je me remets au chinois, cela ne sera pas avant d'avoir bien progressé en coréen/japonais, donc pas avant quelques années.
Je privilégie toujours la compréhension écrite (c'est pour cela que je dis que je rêve de lire les trois langues), parce que c'est ce qu'il y a de plus facile à pratiquer en solitaire, et aussi parce que avec l'écrit que j'ai le plus d'affinités, toutes langues confondues. Néanmoins j'essaie de travailler les autres aspects aussi : lire une langue sans connaître ses sonorités, cela n'aurait pas de sens.

Anonyme a dit…

Bonjour à tous,
je voulais savoir dans quel cadre vous étudiez ces langues?
En fait je suis en terminale et les inscriptions post bac sont pour bientôt et je me retrouve face à un gros dilemme : je souhaite apprendre le japonais et le coréen tout en continuant de perfectionner mon anglais. Le hic, c'est que mes centres d’intérêt concernant l'application professionnelle de ces langues sont extrêmement réduit voir inexistant. Donc voilà je souhaitais savoir comment vous faisiez et si vous aviez des conseils à me donner :)

Lili a dit…

Bonjour,

J'étudie ces langues (japonais + chinois, j'ai arrêté le coréen) pour mon propre plaisir, dans le cadre de mes loisirs. Ma profession n'a rien à voir avec les langues. Personnellement, je n'ai pas réussi à faire coïncider travail et passion. D'un côté je gagne ma croûte, de l'autre, j'étudie et je me fais plaisir (j'ai un travail qui ne mange pas tout mon temps). C'est un compromis qui fonctionne, même si c'est évidemment un peu fastidieux de travailler sans grand enthousiasme. Je vous encourage vivement à trouver une meilleure solution si vous le pouvez, mais je sais que cela n'a rien d'évident.
Je crois que si c'était à refaire, je m'orienterais plutôt vers la traduction, même si la réalité de ce métier n'a pas grand-chose à voir avec l'idée romantique que l'on peut s'en faire vu de loin. En tout cas, à l'époque où j'ai choisi mon métier et mes études (Sciences Po), je n'avais pas de goût particulier pour les langues. Les goûts changent, le reste aussi d'ailleurs... Vous pouvez également faire le choix d'un métier qui vous plairait et continuer à bosser les langues à côté, quitte à les mettre un peu entre parenthèses pendant les études si nécessaire. N'hésitez pas à me poser d'autres questions si vous le souhaitez, même si je n'ai guère d'idée miracle à vous suggérer. En tout cas, bon courage pour choisir votre orientation.

Ju Lee a dit…

Merci beaucoup pour cette rapide réponse Lili,
Effectivement cela doit être un peu fastidieux et frustrant de travailler ces langues à coté de ton job, tu as du courage. Pourquoi as-tu arrêté le coréen? (sans être indiscrète)
Évidemment je n'imagine pas trouver ma vocation grâce à un miracle et je ne me fais pas trop d'illusion quand au secteur que j'aime mais je ne me vois pas mettre les langues de coté dans ma vie future... En fait dans l'idéal j'aimerai trouver un métier qui me permette de voyager entre la Corée le Japon(et la France si possible car j'aime quand même mon pays) ou du moins d'être en contact avec ces 2 pays, l'idée de partir me plaît énormément mais j'ai un peu peur d'être rattrapée par la réalité la bas ^^' .Saurais-tu s'il existe des études me permettant de partir étudier le japonais et le coréen là-bas mais en "alternant dans les deux pays", comme une double formation? Parce que je n'aime pas du tout l'idée de ne travailler que le japonais pendant un certain nombre d'années pour ensuite seulement étudier le coréen... Bon je sais qu'on ne peut pas tout avoir mais dans le doute je demande :)

Lili a dit…

Si tu veux savoir pourquoi j'ai arrêté le coréen, il faut que tu lises cet article-là : http://sukinanihongo.blogspot.fr/2014/07/du-coreen-au-chinois.html
Des études en alternance dans les deux pays, ça ne me paraît pas évident (en plus ils ne sont pas toujours très amis, n'est-ce pas), mais je n'y connais pas grand-chose. Il faudrait plutôt voir du côté de l'INALCO. Peut-être que tu peux leur demander un entretien pour t'aider à t'orienter (évidemment, ce sera plus facile si tu es en région parisienne, mais ce n'est peut-être pas le cas) ? Il me semble qu'il conseille souvent un double cursus (langues + métier) et qu'ils ont des partenariats pour cela avec les facs parisiennes.
Tu peux aussi choisir de faire un VIE après le bac, partir un an dans un des deux pays (et oui, je pense qu'il faut choisir), voir si la réalité te plaît ou non, et mieux choisir ton cursus après. Quoi qu'il arrive, cela ne sera pas du temps de perdu, car tu te connaîtras mieux et tu auras une idée plus précise de ce que tu aimes ou non. Et certainement beaucoup plus de maturité, après un an à l'étranger, que la plupart des étudiants autour de toi. Mais ça peut faire un peu peur.
Voilà les seules pistes que je peux te donner. N'hésite pas à me solliciter encore et à me donner de tes nouvelles.

Marie Ballarini a dit…

Un nouveau venu pour apprendre le coréen et le japonais facilement et sans même s’en rendre compte : Fluent Panda ! Des algorithmes scientifiquement prouvés et une méthodologie ludique permettent d’assimiler le coréen en s’amusant et sans (trop) d’effort.

Le projet est en cours de financement sur Kickstarter, il a besoin d’un maximum de visibilité et d’aide !

https://www.kickstarter.com/projects/54908586/fluent-panda-forget-about-forgetting-languages?ref=nav_search

Soutenez-nous en partageant le projet :)