mardi 3 mai 2016

Hyakunin isshu, poème n° 46 : 由良のとを

Amour toujours, mais pas sur le thème de la plainte grinçante, ce qui change un peu. L'auteur de ce poème est 曾禰好忠 (そねのよしただ).


由良のとを
渡る舟人
かぢを絶え
ゆくへも知らぬ
恋のみちかな


ゆらのとを わたるふなびと かじをたえ ゆくえもしらぬ こいのみちかな

由良のとを : 由良 est un nom de lieu, と signifie porte. Il s'agit soit de l'embouchure d'une rivière, soit d'un passage vers la mer (deux lieux nommés 由良 sont utilisés en poésie, et il n'est apparemment pas possible de trancher catégoriquement entre les deux). Dans les deux cas, il faut imaginer un passage avec du courant, peut-être un peu dangereux à traverser ;
渡る舟人 : 渡る, traverser, 舟人, marin, navigateur.
かぢを絶え : かぢ, qu'on écrit plus couramment かじ, c'est le gouvernail, mais en l'occurrence il s'agit plutôt de rames ou de pagaies permettant au bateau d'avancer et de se diriger ; 絶え est la forme suspensive de 絶ゆ, qui donne 絶える en langue moderne, "disparaître". Notre marin n'a donc plus de rames pour se diriger, qu'elles soient brisées ou tombées à l'eau. Une autre explication voit dans le を de かぢを non pas un marqueur de complément d'objet mais le お de corde : c'est la corde attachant la rame qui serait brisée. A vrai dire, cela ne modifie pas radicalement le sens.
ゆくへも知らぬ : ゆく signifie aller (une des prononciations de 行く), へ marque la direction, も a le sens de "même", 知らぬ est l'équivalent de 知らない、ne pas savoir ;
恋のみちかな : 恋, l'amour, の marque le complément de nom, みち, le chemin, donc "le chemin de l'amour" ; かな marque l'exclamation, l'émotion.
Un poème assez simple, avec une métaphore limpide, un régal après les deux poèmes précédents, qui m'ont un peu fait souffrir. Voilà donc un amant égaré dans sa passion comme un marin qui aurait perdu sa rame dans la traversée de la passe de Yura.

Comme un matelot
dans la passe de Yura,
les rames brisées,
je ne sais où je dérive
sur le chemin de l'amour

Aucun commentaire: